Maison de Pierre Loti

PIERRE

LOTI

De Julien Viaud à Pierre Loti

Julien Viaud, futur Pierre Loti, naît à Rochefort le 14 janvier 1850. Après la mort en mer de son frère Gustave, il passe le concours de l’École navale (1867) et part sillonner les mers du globe.

De 1871 à 1918, il rédige un journal intime qui nourrit la plupart de ses œuvres. Ainsi, naissent Aziyadé (1879), son premier roman puis le Mariage de Loti. Suivront plusieurs cycles : breton, basque, japonais ou turc. Ces ouvrages, signés Pierre Loti, lui valent une immense popularité et d’être élu à l’Académie française en 1891.

Parallèlement, il poursuit sa carrière de marin, profitant de chaque permission pour transformer la maison rochefortaise en écrin pour ses souvenirs de voyage : chambres chinoise, turque, arabe, pagode japonaise, salle gothique, chambre des momies…

Loti se marie en 1886 avec Blanche Franc de Ferrière, qui lui donne un fils, Samuel, en 1889. De sa rencontre en 1893 avec Crucita, une jeune basque, naissent trois enfants illégitimes, Raymond, Edmond et Léo. Il meurt à Hendaye le 10 juin 1923 et est inhumé dans le jardin de la maison familiale de Saint-Pierre d’Oléron.

Les dates clés de Pierre Loti

1850
1860
1861
1867
1872
1875
1876
1877
1879
1885
1886
1889
1891
1894
1895
1903
1910
1914
1923

1850

• Naissance de Julien Viaud, troisième enfant de Théodore et Nadine Viaud (Marie est née en 1831, Gustave en 1836).

1860

• Création du Petit musée à partir des collections de l’oncle Tayaut

1860

1861

• Création avec son amie Jeanne du théâtre de Peau d’Âne

1861

1867

• Julien est reçu à l’École navale et embarque à Brest sur Le Borda

1867

1872

• Embarque sur la Flore pour l’île de Pâques puis séjour de quelques semaines à Tahiti ; Julien y reçoit le surnom de Loti.

• Première publication : dans L’Illustration, gravure d’après des dessins de Julien.

1875

• Stage à l’école de gymnastique de Joinville ; Rencontre avec Sarah Bernhardt.

1875

1876

• Premiers textes publiés dans le Monde Illustré

• Affectation à Salonique, puis Constantinople

1877

• Rencontre de Hatidjé (Aziyadé) à Eyoub, quartier de la ville

• Décoration d’une pièce de la maison dans le style oriental

1879

• Publication d’Aziyadé, sans nom d’auteur

1879

1885

• Campagne de Chine ; séjour au Japon à Nagasaki

1885

1886

• Pêcheur d’Islande

• Mariage avec Blanche Franc de Ferrière

1889

• Naissance de son fils Samuel

 

1891

• Élection à l’Académie Française face à Zola

1891 Election à l'Académie Française

 

1894

• Voyage privé en Terre Sainte : Jérusalem, Damas, Baalbek…

 

1894

1895

• Début des grands travaux dans la maison, Loti devient décorateur…

1895

1903

• Achat de la maison “Bakhar-Echea” à Hendaye.

1910

• Départ à la retraite de son poste de capitaine de vaisseau.

1910

1914

• Intégration dans l’armée de terre, en tant qu’agent de liaison pendant la 1ère Guerre Mondiale.

1914

1923

• Mort de Pierre Loti à Hendaye et inhumation à Saint-Pierre d’Oléron, dans la maison des Aïeules.

1923

Loti Intime

Troisième enfant de Théodore et Nadine Viaud, Julien naît en 1850. Il est reçu à l’âge de 17 ans à la prestigieuse Ecole navale qui forme les officiers de la Marine. Il complète sa formation à l’Ecole de gymnastique de Joinville en 1875, année où il rencontre son amie Sarah Bernhardt. En 1886, il épouse Blanche Franc de Ferrière, qui lui donne un fils, Samuel, en 1889.

En 1891, il est affecté à Hendaye, où il achète la maison «  Bakhar-Echea » en 1903. Sa mère, Nadine Viaud, décède en 1896. Il prend sa retraite de capitaine de vaisseau en 1910, mais demande sa réintégration en tant qu’agent de liaison de l’armée de terre en 1914. Il meurt à Hendaye en 1923 et est inhumé à Saint-Pierre d’Oléron, dans la maison dite « des Aïeules ».

Loti Artiste

Dès son plus jeune âge, Julien fait preuve de curiosité, d’inventivité et de talent artistique. Ainsi, il crée son Petit musée en 1860 à partir des collections de son oncle Tayaut et en 1861, il fabrique avec son amie Jeanne le théâtre de Peau d’âne. A douze ans, il maîtrise l’art du dessin (Piquemouche, l’Examen etc…) et voit apparaître ses œuvres dans la revue L’Illustration en 1872.

Le Monde Illustré publie ses premiers textes en 1876. Cette même année, il redécore une pièce de sa maison dans un style oriental. Son premier roman, Aziyadé, est publié en 1879, sans nom d’auteur. Viennent ensuite le Roman d’un spahi (1881), Mon frère Yves (1883), Pêcheur d’Islande (1886), signés Pierre Loti. Il est élu à l’Académie Française en 1891, face à Zola. En 1895, il lance les grands travaux de sa maison, affirmant ses talents de décorateur.

Loti Voyageur

Les voyages de son frère Gustave, médecin de la Marine, ont forgé l’imaginaire du jeune Julien et influencé son avenir, faisant de lui un écrivain voyageur. Reçu à l’Ecole navale en 1867, il embarque à Brest sur Le Borda. Il découvre l’Algérie et la Turquie en 1869, en navigant sur Le Jean-Bart. C’est lors de son séjour à Tahiti en 1872 qu’il reçoit le surnom de Loti par la reine Pomaré. Il séjourne au Sénégal de 1873 à 1874, puis à Salonique et Constantinople en 1876.

En 1877, il rencontre à Eyoub Hatidjé, qui devient l’héroïne du roman Aziyadé. Puis il est affecté à Brest, d’où il découvre la Bretagne. Il participe en 1885 à la campagne de Chine et passe quelque temps à Nagasaki, au Japon. En 1889, il effectue une mission au Maroc, puis est affecté à Hendaye en 1891. Il réalise un grand périple privé en Terre Sainte en 1894, visitant Jérusalem, Damas, Baalbeck… Entre 1899 et 1900, il part en Inde, puis participe à la campagne d’Extrême-Orient entre 1900 et 1901, s’associant au pillage de Pékin. En 1907, il effectue une dernière mission en Egypte.

L'esprit s'endort avec l'habitude des voyages ; on se fait à tout, ... aux sites exotiques les plus singuliers, comme aux visages les plus extraordinaires.

Le Mariage de Loti (1882)

Allez plus loin...

Défiler vers le haut